mardi 5 avril 2011

Brochure d'archive: La question du syndicalisme au Québec

C’est autour d’une lutte perdue par la faute du syndicat que des ouvrières de la chemise, de la fourrure, de la chaussure et des chemins de fer se regroupent pour constituer l’Atelier Ouvrier. Très vite, leur analyse les amène à comprendre que leur défaite est attribuable aux structures mêmes du syndicalisme. Ils produisent alors le texte La question du syndicalisme au Québec.
Ce texte d’archive de 72 pages, publié en décembre 73 par l’Atelier Ouvrier, tout en critiquant les syndicats, analyse point par point les clauses d’une convention collective d’ouvriers de la chaussure. Même si le texte reflète quelques illusions sur les syndicats, par exemple, quand il hésite entre « pousser sur le syndicat » ou créer des comités de luttes indépendants du syndicat ou bien quand il mentionne que La principale raison d’être du syndicalisme… c’est la convention collective. C’est une vision restreinte des syndicats alors que leur véritable rôle est un de sabotage des luttes ouvrières tout en étant des organisations qui travaillent à la préservation du capitalisme. L’AO représentait quand même un écoeurement de prolétaires vis-à-vis du syndicalisme au début des années 70. Le sabotage des luttes du mouvement ouvrier par les syndicats ne date pas d’hier. Le texte montre aussi très bien comment les syndicats sont liés pieds et mains à l’État bourgeois par des lois, subventions et concertations, bref ils font partie de l’État.
Fin décembre 74, l’Atelier Ouvrier disparaît parce qu’il a été phagocyté par l’organisation maoïste En Lutte! Les maoïstes se sont chargés d’orienter ces militants vers la position syndicale stalinienne i.e que ce sont les directions syndicales qu’il faut changer et non pas lutter en dehors des syndicats. Les syndicats n’étant pour eux qu’un instrument pour renforcir le capitalisme d’État.

Les communistes internationalistes Klasbatalo

Extraits de La question du syndicalisme au Québec :
« …Ainsi on peut déjà donner une première définition du syndicalisme que nous complèterons plus loin. Le syndicalisme apparaît d’abord comme la FORME D’ORGANISATION CAPITALISTE DE LA CLASSE OUVRIÈRE. Précisons ces termes.
Le syndicalisme est la forme d’organisation capitaliste de la classe ouvrière. C’est-à-dire est le mode regroupement des ouvriers qui tentent de défendre leurs intérêts économiques – salaires et conditions de travail – contre les patrons. Mais cette façon de s’organiser est dite capitaliste parce qu’elle correspond à la naissance et au développement du capitalisme, autour du 19e siècle. Avant, les ouvriers étaient organisés autrement parce que les patrons du temps régnaient de façon différente et que les conditions de travail et de production étaient aussi différentes.
Cette façon de s’organiser est dite capitaliste aussi parce qu’elle obéit, à peu de choses près, aux mêmes règles de fonctionnement que celle régnant dans l’entreprise capitaliste.
Cette dernière affirmation a deux sens. D’abord elle signifie comme nous le disions plus haut, que le syndicalisme est développé parallèlement au capitalisme. Ensuite, elle signifie que dans ses structures, son organisation interne, ses RÈGLES DE FONCTIONNENT, sa hiérarchie, le syndicalisme fonctionne à peu près comme l’entreprise capitaliste.
C’est-à-dire que dans le syndicalisme, il y a la BASE et le SOMMET. Le sommet décide pour la base qui n’a pas grand chose à dire. En un mot, il y a des BOSS dans le syndicalisme comme dans l’entreprise. De plus, même si initialement le syndicalisme a été construit pour défendre les intérêts des travailleurs, aujourd’hui il semble plus souvent qu’autrement que ce sont les travailleurs qui sont faits pour financer le syndicalisme. En effet, le syndicalisme n’a plus son ardeur des débuts.
Pourquoi? Parce qu’il est devenu une INSTITUTION RESPECTABLE DU SYSTÈME ÉTABLI. Parce que le système actuel a passé des lois qui régissent le fonctionnement du syndicalisme, des luttes ouvrières, des griefs, de la négociation, etc… Ces LOIS LIMITENT l’action du syndicalisme et par là EMBRIGADENT la classe ouvrière dans un CARCAN JURIDIQUE qui lui lie les pieds et les mains.
La troisième raison pour laquelle le syndicalisme est dit la forme d’organisation capitaliste de la classe ouvrière réside précisément dans ce dernier point. À cause des nombreuses LOIS RÉGISSANT la pratique syndicale, le syndicalisme est obligé d’entretenir des relations avec l’ÉTAT, plus particulièrement avec le MINISTÈRE DU TRAVAIL.
Ainsi le syndicalisme est-il toujours en situation de DÉPENDANCE vis-à-vis des pouvoirs publiques. Une des preuves en est donnée par les multiples rapports que les centrales syndicales envoient au gouvernement pour que celui-ci n’agisse pas de façon trop défavorable à la population.
Mais cette intervention de l’ÉTAT dans le domaine des relations de travail a eu un effet crucial sur le syndicalisme. En effet au début du 19e siècle on ne faisait pas de distinction – à juste titre d’ailleurs – entre la lutte économique des travailleurs et les combats politiques qu’ils menaient pour s’affranchir des patrons.
Les luttes économiques sur les conditions de travail et de salaires n’étaient pas aussi séparées au plan de L’ORGANISATION DES TRAVAILLEURS des luttes politiques qu’aujourd’hui. Or depuis plus de cent ans les interventions de l’État dans le domaine des relations de travail ont délimité les règles de la pratique syndicale, son champ d’action, etc… Parallèlement le syndicalisme surtout nord-américain, se perfectionnait dans la négociation collective et laissait à d’autres le soin de mener les actions politiques. C’est de là que date la séparation entre lutte économique et combat politique. Or pour la classe ouvrière, lutte économique et combat politique devraient être une seule et même chose. L’un impliquant l’autre… »
« …Qu’est-ce qu’une convention collective? C’est un contrat de travail qui lie le patron et le syndicat. C’est-à-dire que les deux parties s’entendent sur les conditions de la vente du travail des ouvriers.
Il y a donc des ouvriers qui sur le marché du travail offrent leur capacité de travail. Sur le même marché, s’amènent les patrons qui ont besoin de la FORCE DE TRAVAIL des ouvriers.
Le syndicat est l’intermédiaire par lequel l’achat et la vente de la force de travail des ouvriers se règlent. Le syndicat est le COMMERÇANT EN GROS d’une marchandise qui s’appelle la force de travail et qui concrètement est constituée par des hommes et des femmes qui doivent travailler pour gagner leur vie.
Mais pour qu’il y ait contrat entre le patron et le syndicat, il faut que les deux parties se reconnaissent légalement l’une et l’autre. Or, cette reconnaissance légale entre le syndicat et le patron IMPLIQUE la reconnaissance de toute une série de POSITIONS SOCIALES et de RAPPORTS DE FORCE.
Cette reconnaissance légale des deux parties dans et par la convention implique qu’il y ait des travailleurs c’est-à-dire des hommes et des femmes qui doivent nécessairement vendre leur capacité de travail à des patrons. VENDRE leur FORCE DE TRAVAIL parce qu’ils ne peuvent pas vendre autres choses. Vendre parce qu’ils ne peuvent pas faire autre chose. VENDRE parce qu’ils sont une MARCHANDISE. Vendre parce qu’ils sont FORCES DE VENDRE LEUR FORCE DE TRAVAIL.
Cette reconnaissance légale des deux parties implique aussi qu’ils y ait des patrons qui ACHETENT la FORCE DE TRAVAIL des ouvriers. C’est-à-dire qu’il y ait des hommes qui achètent la capacité de production d’autres hommes. Des hommes capables d’acheter la capacité de production des autres parce qu’ils ont l’argent pour le faire. Des hommes qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre. Des hommes qui n’ont pas besoin de se vendre à d’autres pour vivre.
Donc, à la base de la reconnaissance juridique des deux parties (patrons-syndicats) il y a une INEGALITE SOCIALE fondamentale des hommes entre eux.
A cela s’ajoute un autre fait qui accentue cette inégalité. Il s’agit de la présence même du syndicat. En effet, par la convention, la vente et l’achat de la force de travail des ouvriers ne se fait pas directement, face à face. Elles s’opèrent par le syndicat. C’est lui qui tente d’influer le patron.
Evidemment cela implique que dans beaucoup de cas, le syndicat accepte qu’il y ait des hommes obligés de se vendre comme une marchandise pour vivre et d’autres hommes qui n’ont pas besoin de travailler pour vivre.
Mais à cause de toutes les raisons mentionnées plus haut, le syndicat n’a pas toujours un rôle positif et avantageux pour les travailleurs. De par les lois qui régissent la vente et l’achat de la force de travail (Code du travail) le syndicat se voit souvent forcé d’obliger les travailleurs à accepter une convention qui ne les avantage pas tellement. Souvent même le syndicat ne veut absolument pas défendre les travailleurs, plus intéressé qu’il est à retirer les cotisations qu’à mener le combat rondement. Ou encore, dans les cas de syndicats de boutique, le syndicat est à la solde du patron et trahit effrontément les travailleurs en les vendant au boss pour rien.
Il en découle donc que même la vente de la capacité de production des travailleurs échappe au contrôle des ouvriers. C’est-à-dire qu’ils n’ont pas la liberté de marchander eux-mêmes avec le patron.
Ainsi le syndicat en défendant mal les travailleurs, en acceptant de les louer à bas prix, en ne les informant pas de leurs mauvaises conditions de travail, en leur cachant des clauses qui leur font perdre des droits acquis etc…renforcit l’inégalité fondamentale entre les ouvriers et les patrons entre la CLASSE OUVRIERE et la CLASSE BOURGEOISE.
À partir de ce moment, le syndicat qui dans ses premières années de lutte pouvait être un instrument valable de défense[1] se transforme ici en un AGENT des capitalistes pour leur faciliter l’achat de la force de travail des ouvriers.
L’analyse de toute convention montre facilement que cette CONNIVENCE et cette COLLABORATION patron-syndicat sur le dos des travailleurs.
L’analyse de toute convention montre facilement aussi jusqu’à quel point les travailleurs se trouvent liés pieds et mains à des règlements, lois, conditions de travail qu’ils ne souhaitent absolument pas mais dont l’habileté de quelques beaux parleurs syndicalistes leur ont fait accepter.
L’analyse de toute convention montre facilement enfin que le syndicat enlève tout droit de regard aux ouvriers sur leur propre convention. En effet, les deux parties concernées par la convention ne sont pas le patron d’une part et les ouvriers d’autre part. Les parties signataires et responsables de l’application et de la juridiction de la convention sont le patron et le syndicat. Mais parce que le syndicat la signe en notre nom, nous sommes pognés avec.
Le syndicat est pogné dans un carcan de lois et à son tour il veut nous pogner dans ces mêmes lois pour perpétuer notre exploitation. »

Nous pouvons vous envoyer la brochure par téléchargement.
S’adresser à cim_icm@yahoo.com 

[1] Notes des Communistes Internationalistes Klasbatalo
Cela était vrai au 19ième siècle avant la période impérialisme du capitalisme mais par après les syndicats sont devenus de plus en plus intégrés à l’État bourgeois et de fervents défenseurs du capitalisme.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire